jeudi 19 août 2010

Transmission d'entreprises et accompagnement des cédants

Données générales

Au premier janvier 2004, il y a près de 2 500 000 PME en France sur un total de 2 603 375 entreprises. Les entreprises de zéro salarié représentent plus de la moitié du total et les entreprises de 0 à 9 salariés près de 93 % du total.


Statistiques évasives


Selon une étude de l’APCE septembre 2003 réalisée sur la transmission, on constate que les statistiques réalisées sur le flux d’entreprises à céder se base uniquement sur les chefs d’entreprises âgés de plus de 60 ans. Ce qui représente 6%. Aucune étude n’a été faite sur la réalité des entreprises en comptabilisant les autres catégories de dirigeants d’entreprises.



Depuis quelques années tous les efforts sont concentrés sur la création d’entreprises et sur l’innovation. Il suffit de compter le nombre de dispositifs sur la création d’entreprise et l’innovation : stage de 5 jours, incubateurs, couveuses, stage long, accessio et dinamic relance etc…
La mobilisation est générale et les résultats semblent probants.
Derrière cette dynamique pour renouveler et élargir notre tissu d’entreprises, la thématique de la transmission d’entreprises fait figure de parent pauvre.
Au niveau national, on compte 700 000 chefs d’entreprises ont plus de 50 ans et 120 000 plus de soixante ans. Selon l’avis des repreneurs, plus le chef d’entreprise est âgé plus il est difficile de leur faire passer la main.[1]
De plus, on constate une diminution très importante des reprises depuis les années 70 s. Cette baisse est corrélée aux évolutions des marchés. La reprise n’est pas le mode d’installation le plus fréquent notamment chez les commerçants. Le commerce s’est aussi restructuré et s’est organisé via la grande distribution. Les coûts des structures hôtelières ont limité le nombre d’acquéreurs. Et nombre de chefs d’entreprises n’ont pas préparé leur succession.
Sur le nombre d’entreprises concernées par la transmission, seulement la moitié est potentiellement concernée par la reprise.

Notre accompagnement avec l'Ecole des managers de Vendée (EDM)


La CCI de la Vendée organise depuis 2004 un cycle de formation dédié à la formation de futurs repreneurs d'entreprises. L'originalité du programme consiste à faire travailler les repreneurs sur les éléments de l'entreprise. Il est aussi prévu un état des lieux de l'entreprise. En réalisant un premier bilan, nous avons observé que des blocages pouvaient exister entre repreneurs et cédants notamment lors du diagnostic.


Depuis 2010, nous avons lancé des rencontres entre l'équipe pédagogique et les cédants. L'enjeu est d'intégrer les cédants dans le programme de formation pour qu'ils puissent suivre la progression du parcours pédagogique ainsi que les préconisations réalisées par les repreneurs.


Nous observons plusieurs points: d'une part, le sujet de la transmission, qui est habituellement un sujet dit "tabou" est systématiquement abordé comme un acte normal de gestion.


Nous avons également répondu à des questions, voire à des incertitudes concernant l'objectif du diagnostic et des préconisations.

Ces rencontres sont devenues nécessaires pour eux et pour nous. Ils se retrouvent, discutent d'un sujet qui les concernent professionnellement et personnellement. Que vais-je faire après?


Ces discussions sont animées par une ancienne dirigeante qui a vécu le processus de transmission.



La transmission d’entreprises patrimoniales dans le futur
On constate que les entreprises telles que nous pouvons les concevoir aujourd’hui disparaitront au fur et à mesure. Les emplois de demain et surtout les emplois intéressants seront de moins en moins salariaux et pérennes et se fonderont de plus en plus sur des relations interindividuelles contractualisées et dont la petite et toute petite entreprises constitueront un réceptacle naturel.



[1] Source : article du monde Annie KHAN le Monde du 12 JUIN 2001.
Enregistrer un commentaire