mardi 21 octobre 2014

Prendre le virage du numérique au niveau pédagogique


Cet article est dédié à tous les formateurs et enseignants qui s'interrogent sur les nouvelles tendances pédagogiques associant à la fois des applications internet, les réseaux sociaux, le marketing, des solutions informatiques, la photographie, le graphisme, l'animation, la BD etc...

Mon propos consiste à apporter quelques éclairages sur la manière de concevoir son métier de formateur et prendre en compte les dernières évolutions en intégrant tous ces paramètres.  

Le terme de formateur est, comme celui d’enseignant, un terme générique, qui toutefois, cible plus particulièrement les adultes, terminologie surtout utilisée dans le secteur de la formation professionnelle. Nous l’employons ici dans un sens le plus large, quelque soit la nature des savoirs et savoir-faire dispensés.

Le formateur, qu'il soit en présentiel et en e-learning reste d’abord un formateur, c’est à dire un professionnel de la formation, spécialisé dans une discipline ou une technique, travaillant en indépendant, dans un organisme public / privé de formation ou dans une entreprise.

Avec le développement du web 2.0 qui impacte aussi le mode d'apprentissage, le métier de formateur a fortement évolué ces dix dernières années. Intégrer ces nouveaux paramètres dans l'exercice de leur métier, n'est pas évident et le formateur s'interroge aujourd'hui sur comment faire? 

Pour une grande partie d'entre eux, ils ont commencé par exercer leur métier "en présentiel" c'est à dire concevoir leur intervention eux-mêmes, et à délivrer leur savoir ou savoir faire en présence des apprenants. Ces interventions sont dispensées lors d'une journée ou lors de plusieurs journées. La prestation s'organise autour de la séance qui sera organisée avec les participants inscrits à la formation.

Désormais, "les techniques d'apprentissage" s’adaptent à de nouveaux modèles très répandus en formation continue appelés "individualisation" "personnalisation", centrés sur l'individu. L'intervention n'est plus vraiment "collective", elle prend en compte le niveau de l'apprenant, les pré- requis, le contexte, les problématiques de chaque participant dans le déroulement de la formation.

Ces modèles sont davantage exploités dans l'apprentissage à "distance" associant "des solutions informatiques" innovantes et de nombreuses applications plus ou moins ludiques. Même si nous observons encore aujourd'hui la méthode classique du face à face associée à des solutions de formation à distance...

Tout ceci ne remet pas en cause les savoirs et les savoir-faire qu’ils transmettent mais modifie la manière de "construire le cours et les méthodes pour le faire. Les évolutions actuelles modifient aussi pour les apprenants la question du comment "apprendre".

Le formateur ne sera pas toujours physiquement présent devant ses apprenants et entrera en relation avec eux par le biais d’outils informatiques et d’Internet. Outre la capacité à utiliser ces outils, il devra adapter son organisation, sa pédagogie et ses méthodes pour "créer un univers d'apprentissage" prenant en compte dorénavant l'avant formation, le pendant et l'après formation en intégrant toutes ces conditions particulières.

La formation, c'est mettre à la mise à disposition de l'apprenant des occasions d' apprendre (Brown et Atkins, 1988). 

La formation, qu'elle se déroule totalement à distance ou encore en "présentiel", utilise dorénavant les moyens numériques et le réseau Internet soit pour promouvoir le module ou le programme de formation, soit pour accompagner le participant dans la construction de son savoir, soit pour évaluer, soit pour évaluer le dispositif de formation au plan qualitatif.


L'infographie présente ci-dessous les grandes lignes du métier tel qu'il existe aujourd'hui.
Le virage est pris cependant faut-il en avoir conscience...


Séverine CHARLON
Conseil en stratégies de formation et innovation pédagogique
Enregistrer un commentaire